L’histoire du C.E.F.A.  de 1984 à 2018

En juin 1983, l’obligation scolaire est portée jusqu’à l’année où les jeunes deviennent majeurs.
L’Institut Saint-Gabriel était alors un établissement de promotion sociale, en plus d’une école technique et professionnelle, elle est donc choisie comme établissement-siège pour organiser l’enseignement expérimental à horaire réduit.
Monsieur Jean André, alors directeur de l’I.T.S.G., avec l’aval et le soutien du Pouvoir Organisateur  de l’époque, charge Monsieur Charles du Bois d’Enghien, ingénieur industriel et enseignant pour organiser l’E.H.R.
C’est donc avec l’aide d’une psychologue du CPMS libre de Soignies, Madame Monique Ponselet, que va se mettre en place, le C.E.H.R.(Centre d’Enseignement à Horaire Réduit)
La gestion du C.E.H.R. se faisait en partenariat avec bien entendu l’I.T.S.G. mais aussi le PMS, le MOC, Vie Féminine et la CSC dans un Groupe d’Encadrement Local.

En 1984,la première année, nous aurons 8 élèves inscrits, principalement en section garage et menuiserie.

Les C.E.H.R. sont en phase expérimentale prévue au départ pour deux années scolaires et ne peuvent accueillir que des jeunes de 15 à 18 ans.

En 1986, nous avons déjà une vingtaine d’élèves et Madame Catherine Vannetelbosch, psychologue sera engagée comme enseignante et accompagnatrice, plusieurs personnes viendront se joindre par après à l’équipe qui s’étoffe alors doucement.
Nous n’avons pas encore de locaux propres et occupons alors la salle Patria, rue des dominicains à Braine-le-Comte et les ateliers de l’I.T.S.G., notamment pour accueillir des mécaniciens-usineurs en C.A.I (Contrats d’apprentissage industriel)

L’accueil des jeunes de 18 à 25 ans ne sera possible qu’à partir de 1987, s’ils ont conclu un C.A.I. ou un contrat de travail à temps partiel.
Les conventions de stage sont maintenant officielles pour les 15-18 ans.

En 1987 : le C.E.H.R. prend le nom de C.E.I.S.P. (Centre d’Enseignement et d’Insertion socio-professionnelle)

On prend de l’ampleur et le cadre qui était expérimental deviendra organique en 1991, le C.E.I.S.P. devient un C.E.F.A..
L’équipe d’accompagnement se complète, entre autres avec Madame Christine Desper, puis Madame Martine Namur, Madame Anne Drugmand, … Nous occupons alors des locaux au 84, rue de Mons et plusieurs nouvelles sections s’ouvrent : vente, maçonnerie, soudage, plomberie.
De nouveaux professeurs sont engagés dans différents projets : Messieurs Patrick Biset, feu Stany Tworowski, Pascal Manet et bien d’autres qui feront des passages éclairs.

A partir de 1991 : l’alternance devient obligatoire pour réussir sa qualification, une insertion en entreprise doit donc non seulement être active mais réussie.
Le décret C.E.F.A. intègre les notions de formations en article 45 (qualification spécifique) et article 49 (qualification identique à l’enseignement de plein exercice) du décret mission.

En 1998 : la Convention d’insertion socio-professionnelle viendra remplacer la convention de stage et en partie les C.A.I.

En 2001, le C.E.F.A. qui occupait déjà quelques locaux à la rue Père Damien, s’installera définitivement à la rue Mayeur Etienne avec des locaux spécifiques destinés aux enseignants, accompagnateurs et au coordonnateur ainsi qu’à quelques ateliers spécifiques : maçonnerie, cuisine, vente, électricité. Les autres ateliers resteront au 80, rue de Mons.
Sont également ouvertes, les sections d’auxiliaire familiale et sanitaire et d’auxiliaire de magasin.

Quantité de projets pédagogiques et récréatifs verront le jour : Des sketchs théâtraux en 1991, des rencontres sportives inter-C.E.F.A. : les « 5 heures vélos » dans le bois de la Houssière en 1992,1994 et 1995, la descente spéléologique du gouffre de la pierre St-Martin, un dîner gastronomique en 2001 et des petits-déjeuners OXFAM, les années suivantes… Un minibus VW nous avait été par ailleurs offert par le Rotary Club de Braine-le-Comte pour effectuer les transports, dont une visite mémorable d’une caserne des pompiers en banlieue parisienne.
Les étudiants, enseignants et accompagnateurs auront également l’occasion de participer à plusieurs compétitions inter-C.E.F.A. organisées par SYSFAL ou par les organisations sectorielles : EDUCAM, FABRIMETAL, FORMELEC,… Nos étudiants y auront l’occasion d’y briller avec souvent des places sur le podium.

Des nouvelles têtes apparaissent dans l’équipe professorale, Mesdames Patrizia Volpé, Caroline Descamps, Rosa Africano, Elodie Claeyssens, Corine Sturbois, Ismahane Médaghri, Monsieur Laurent Michel et bien d’autres professeurs intérimaires ou temporaires.
Il est pratiquement impossible de citer tous les professeurs des cours pratiques et techniques, tant ils ont été nombreux dans les différentes options.
Messieurs Frédéric Corbo, Brieuc Brenard avec d’autres exerceront les fonctions d’éducateurs.
Avec l’ouverture des options art 49, le nombre d’élèves augmentera alors pratiquement chaque année et nous aurons alors des collaborations avec d’autres établissements scolaires, d’abord avec l’Institut Sainte-Anne de Gosselies et ensuite l’Institut Sainte-Thérèse de Manage, dirigé à l’époque par Monsieur Jean-François Pierret. Cette antenne est encore actuellement notre établissement coopérant et s’est fortement développée, au point d’y avoir plus élèves qu’à Braine-le-Comte.

A Manage, Mesdames Christina Papadopoulos et Dominique Bernard se succéderont pour animer l’équipe professorale locale. Cette antenne s’occupera de former des jeunes en vente, coiffure, travaux de bureau, puis bien après dans les métiers verts et la logistique.
Mesdames Corinne Sturbois, Ismahane Médaghri, Marie-Thérèse Petit-Jean, Vanessa Gaudissart et Messieurs Frédéric Corbo, Philippe Lemercier et Brieuc Brenard quitteront le C.E.F.A. de l’Institut Saint-Gabriel à Braine-le-Comte pour le C.E.F.A. de l’Institut Sainte-Thérèse à Manage.

En 2015 , les jeunes obtiennent un nouveau statut via le contrat d’alternance, aussi appelé contrat unique avec une gestion de plus en plus stricte, pour le suivi des jeunes en entreprise.
Ce contrat est identique quel que soit l’opérateur de formation : C.E.F.A. ou I.F.A.P.M.E.
Ce contrat se met lentement en place et est géré par l’O.F.F.A. (L’Office Francophone de la Formation en Alternance)

Le Fond Social Européen (F.S.E.) accordera des moyens pour lancer des projets de soutien au développement de l’alternance.
Depuis peu, la Région wallonne apporte un soutien financier et humain au C.E.F.A. en fonction du nombre de jeunes correctement insérés en entreprise.

L’équipe PMS issue du CPMS libre I de Soignies a toujours fortement soutenu le C.E.F.A., tant à Braine-le-Comte qu’à Manage. L’équipe composée principalement d’un.e psychologue, d’un.e assistante sociale et d’une infirmière sociale a vu se succéder 13 personnes, de Madame Monique Ponselet à Madame Isabelle Godefroy. Nous ont accompagné également, Mesdames Sophie Schumaker, Cynthia Lebrun, Emilie Bauvet,… et entre autres Messieurs Pierre Delbecque et Mickaël Loccicero.

Quand Monsieur Charles du Bois d’Enghien, quitte ses fonctions en 2018, il y avait 110 élèves régulièrement inscrits à Braine-le-Comte et 140 élèves dans l’établissement coopérant à Manage, soit 250 élèves pour notre C.E.F.A.
Une douzaine d’accompagnateurs et accompagnatrices géraient l’accompagnement en entreprise, la base fondamentale du C.E.F.A.
Le C.E.F.A. avait alors une identité propre, l’insertion en entreprise et l’élève étaient au cœur des priorités, bien évidemment en étroite liaison avec les formations et l’éducation des jeunes confiés.